RESILIENCE

Il y a tellement de choses à dire que je ne sais même pas par où commencer et je veux aussi rester brève car je sais que la plupart d’entre vous a été inondé d’e-mails et de newsletters en tout genre.

Ce fut un tourbillon d’événements auquel nous avons dû tous faire face d’un jour à l’autre.
Pour moi, ça a commencé avec l’annulation de mon voyage en France durant lequel je devais enseigner une formation de professeurs de yoga, puis la logistique de transférer tous mes cours et sessions en ligne, puis l’hospitalisation de mon père en France pendant 2 semaines à cause du Covid-19 (il se sent maintenant comme avant, Dieu merci!), puis la fermeture définitive des studios Yogaworks à New York après avoir travaillé pour eux ces 14 dernières années. Oh et j’ai oublié de mentionner les dégâts des eaux que nous avons eu dans notre appartement en ville pendant notre absence … Tout cela en l’espace de 4 semaines.

Je ne partage pas cela avec vous pour obtenir votre soutien et votre empathie, je partage cela avec vous parce que je sais que malgré ces événements soudains, je suis extrêmement chanceuse car de nombreuses personnes ont souffert beaucoup plus que moi pendant cette crise sanitaire et je ne veux pas perdre cela de vue. Il est très facile d’oublier que les gens souffrent quand les choses vont bien pour nous ou redeviennent meilleures.
Je partage aussi cela parce que ces événements m’ont fait beaucoup réfléchir à l’impermanence des choses.
Ce concept est l’un des piliers fondamentaux de la philosophie du yoga; tout est en constant changement et rien n’est là pour durer éternellement. Selon les Yoga Sutras, nous avons tendance à trop nous attacher aux gens, aux choses, aux situations, à notre corps … et quand ils commencent à changer ou à disparaître, cela crée de la souffrance.
La fermeture du pays et quasiment du monde entier a mis en évidence ce concept de façon colossale. Du jour au lendemain, tout s’est arrêté et on nous a demandé de rester à la maison. Même si cette situation a créé beaucoup de peine et d’inconfort pour de nombreuses personnes, je crois profondément qu’elle nous a appris et nous apprend encore une leçon importante: ne pas chercher à contrôler les choses que nous ne pouvons changer et nous en détacher.
Ce sont des enseignements gigantesques qui ne sont pas faciles à digérer, mais je crois qu’ils nous aideront à créer un changement dans nos consciences et à devenir des gens plus attentifs pour pouvoir créer plus d’harmonie dans notre façon de vivre et de consommer.

Une autre chose qui m’est souvent venue à l’esprit est cette dichotomie entre le fait que nous, les êtres humains, n’aimons généralement pas le changement – je ne parle pas de petits changements dans notre routine quotidienne mais de grands changements qui altèrent notre vie et surtout quand ces changements ne sont pas notre décision – et en même temps, nous, êtres humains, sommes extrêmement habiles à nous adapter aux changements. 
C’est tout-à-fait le cas pour moi.
Lorsque j’ai perdu mon emploi à Yogaworks, tout d’abord j’étais si attristée et choquée par la nouvelle que je pouvais à peine en saisir toute l’ampleur, mais j’avais aussi peur de l’avenir. Que va-t-il se passer ensuite, que se passera-t-il si je ne trouve pas d’autre endroit où enseigner, et si je ne peux plus enseigner de formations de professeurs de yoga, et qu’en est-il de mon assurance maladie…?
Bien que toutes ces questions étaient valables, je n’ai pas laissé dans mon esprit la place à d’éventuelles opportunités qui pourraient découler de cette perte d’emploi. Je suis loin de savoir exactement à quoi les choses ressembleront lorsque la vie reviendra à la normale, mais je vois aussi qu’il y a des opportunités auxquelles je n’ai jamais pensé. Par exemple, j’ai commencé à enseigner un cours de yoga en ligne en français qui se passe bien et me permet de me connecter avec les élèves francophones malgré la distance. C’est une très belle expérience et quelque chose que je n’aurais pas fait si j’enseignais encore en personne.

La résilience est la capacité de s’adapter face à l’adversité.
Je pense que nous avons tous très bien fait cela ces derniers temps et je suis en fait très impressionnée par la façon dont les gens se sont non seulement bien adaptés mais en plus très rapidement: de mes élèves plus âgées qui se sont mises à Zoom pour suivre mes cours, des personnes en télé-travail qui ont du aussi gérer les études scolaires de leurs enfants, des restaurants proposant des plats aux personnels hospitaliers, des gens qui ont commencé à planter leurs propres légumes, des amis qui jouent de la musique live pour leurs voisins de quartier à New York, des jeunes qui font les courses pour les plus âgés … La liste est longue et ceci n’est qu’une petite illustration de notre force et de notre résilience.
Cela me donne beaucoup d’espoir pour l’avenir.

Comme toujours, merci de m’avoir lue.
Namaste,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.